Dans le nord de la France, à Hazebrouck, un fabricant de panneaux signalétiques est submergé par les commandes de panonceaux anti-tabac. "C’est la folie complète. On est complètement débordés" a déclaré Bertrand Lesay, PDG de la société Direct Signalétique. La petite entreprise de dix salariés qu’il dirige croule sous les commandes de panneaux anti-tabac.

En effet, l’employeur à l’obligation d’apposer une signalétique rappelant l’interdiction de fumer, et ce non seulement à l’entrée de l’entreprise mais aussi à l’intérieur dans des endroits visibles et de manière apparente.

Dès lundi, l’entreprise a reçu 500 commandes par fax. Et ce matin, en trois heures de temps, 200 commandes ont été enregistrées. Face à ce soudain rebond d’activité, Bertrand Lesay a embauché quatre personnes supplémentaires, rien que pour la prise de commandes.
"On a fait ajouter deux lignes téléphoniques supplémentaires et on a acheté un deuxième fax. Mais malgré cela, les gens n'arrêtent pas d'appeler, ils râlent car ils n'arrivent pas à passer leurs fax".

Avec 400.000 mailings envoyés au début du mois et un investissement de 80.000 euros, le patron de Direct Signalétique se frotte aujourd’hui les mains même si l’entrepreneur s’inquiète de ne pas pouvoir livrer ses clients "sous 48 heures" comme le précisait la publicité. M. Lesay compte sur l’indulgence des clients.

Et de conclure : "on fait vraiment le maximum".