Née le 25 juin 1955 à Toulouse, Christine Albanel est agrégée de lettres modernes. Mais dès le début des années 80, Albanel s’engage en fait au côté de Chirac. Ses fonctions s’enchaînent alors : chargée de presse à la Présidence de la République (1979-81), chargée de mission auprès du directeur de l´information et de la communication à la Mairie de Paris (1982-86), chargée de mission au cabinet de Jacques Chirac alors Premier ministre (1986-88), directrice adjointe du cabinet de Jacques Chirac alors Maire de Paris (1988-95), conseillère technique (1995-97) puis conseillère pour l'éducation et la culture (1997-2000) auprès de Jacques Chirac alors Président de la République, elle entre même au Conseil d'Etat en 2000. Membre du Conseil d'analyse de la société depuis 2004, Albanel a été par ailleurs conseillère régional d´Ile-de-France (1986-92 et 1998-2004).

Au rayon culture, le fait d’arme essentiel de la nouvelle ministre est bien entendu d’avoir présidé aux destinées du Château de Versailles depuis 2003.
Christine Albanel n'a pas été seulement la plume de l'ancien Président - elle est aussi l'amie du nouveau Président de la République Nicolas Sarkozy, depuis le début des années 90, auquel elle a présenté plusieurs de ses relations du milieu intellectuel. Lorsque le candidat Sarkozy a prononcé son discours sur le développement de la culture en France fin mars au Showcase à Paris, Christine Albanel était assise au premier rang, non loin de son rival Xavier Darcos, qui rêvait lui aussi de devenir le Monsieur Culture du quinquennat à venir.

Christine Albanel est écrivain, avec à son actif trois pièces de théâtre (Les Palhasses en 1983, Hôtel Sawat et de la plage et Barrio Chino en 1984) et un roman chez Flammarion (Une mère insensée en 1993).

Rue de Valois, quelques dossiers techniques attendent la ministre fraîchement nommée. La question des intermittents du spectacle n’a été que partiellement réglée. Le nouveau régime doit désormais faire le tri entre les métiers qui ont accès au statut de l’intermittence et ceux qui basculeront dans le droit commun.

Elle devra, en principe, mener la réforme du Conseil supérieur de l’audiovisuel dont le système de nomination ne satisfait pas les exigences républicaines de Nicolas Sarkozy. Le président de la République a promis d’ouvrir à France Télévisions un financement publicitaire plus ample tout en exigeant du service public davantage de programmes culturels aux heures de grande écoute. Les aides à la presse devraient, selon les promesses du candidat, être rehaussées de manière urgente. Enfin, Christine Albanel, en rapport avec Rachida Dati, le garde des Sceaux, aura son mot à dire dans l’élaboration d’une défense législative du secret des sources des journalistes. Là aussi, une promesse du candidat Sarkozy.